Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 21:48
Le Comic Con' Paris 2013 s'est achevé ce dimanche 7 juillet. Outre les nombreux stands dédiés à la culture pop/geek, cette nouvelle édition réserva à ses visiteurs de nombreuses exclusivités et des invités reconnus.
Le « Kamikaze de l'écran » s'incrusta pour deux jours (le jeudi 11 et le samedi 13 juillet) dans le royaume du consémurisme geek et de la « fanboy attitud ». P'tit tour en photo !
 
L'équipe de la série « Hero Corp » en séance de dédicace, suivie de la conférence où fut presentée la saison 3 pour le plus grand bonheur des fans (Ici le trailer: link. Sur vos TV, à partir de septembre sur France 4)

comic-con-2.jpg
 
 comic-con-1.jpg
Simon Astier
 
comic-con-3.jpg
Alban Lenoir et Sébastien Lalanne
 
comic-con-4.jpg
 
comic-con-5.jpg
 
Côté TV, le réalisateur, scénariste et créateur de la série de Canal+, « Les Revenants », Fabrice Gobert fut aussi de passage pour une conférence.
 
Passage à l'artist's alley. Qui dit « Comic Con' », dit « comics »... et BD. Les amateurs du neuvième art pouvaient ainsi voir assis à la même table Nicolas Keramidas (Luuna), Marco Santucci(Secret Invasion: Spider-man, Captain America,...), Mike Deodato Jr (Elektra, Incredible Hulk,...) ou Dustin Weaver (Knights of the Old Republic, Astonishing X-Men, S.H.I.E.L.D.,...), mais aussi Barry Kitson (Fables, Justice League of America, Batman,...), Rafa Sandoval (Catwoman, Ultimate Doom,...), l'iconoclaste Mr Garcin avec son masque de luchador et ses collages vintage pour « Marvel » et surtout l'invité d'honneur de cette édition 2013: David Finch, le talentueux dessinateur de New Avengers et de Batman: The Dark Knight.
 
 david-finch.jpg

David Finch en plein travail

  
Hors « Artist's Alley », d'autres dessinateurs étaient aussi présents en séance de dédicace tels que Peter Snejbjerg (World War X) et l'équipe de la mythique BD XIII. Des expositions sur ces deux oeuvres étaient d'ailleurs visibles au sein du Comic Con'.
Au passage, nous rencontrons les Tortues Ninjas. On ne peut donc pas résister à faire une p'tite photo avec le meilleur de la bande (oui, oui. Je l'affirme: Raphaël est la meilleure tortue du groupe !).
 
tortue-ninja.jpg
 
Reconnu pour son documentaire sur la malbouffe « Super Size Me », Morgan Spurlock aborde l'univers geek avec son nouveau film: Comic Con', Episode 4: A Fan's Hope. (trailer ici: link)
 
morgan-spurlock.jpg
P'tit conseil de Morgan au Kamikaze: « Stay geeky ! »
 
N'oublions pas quelques photos de cosplay:
 
comic-con-6.jpg
comic-con-7.jpg
 comic-con-8.jpg
 
Le seul regret est de ne pas avoir le don de se téléporter à divers endroits pour assister aux autres grands évenements de ces deux journées: la présentation de la XBox One, le quartier web et sa pléiade d'habitués (Le Visiteur du Futur, Press Start Button,...), l'émission live de Marcus, la masterclass de l'écrivain R.A. Salvatore ou encore la présentation du jeu vidéo Remember Me par son concepteur, Aleksi Briclot. Le deuxième regret est de pas voir davantage d'invités TV et cinéma. Dommage. Ça sera pour la prochaine édition !
 
Lef Dur
Photos de Yohan Davroult
 
 
Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Actualités
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 08:43

reportage-8532.JPG

 

 

Jeudi 05 juillet 2012:

Le Comic Con' !

Après avoir affronté le RER-convoi à bestiaux où les corps malodorants s'accumulent en abondance et une file d'attente zigzaguante digne d'une attraction Disney, voici que l'équipe du Kamikaze entre dans le sanctuaire geek. L'année 2011 fut certes frileuse, mais celle de 2012 est riche, très riche. Tous les domaines y sont représentés: jeu de rôle, Comics, BD, manga, jeu-vidéo et retro-gaming, figurines, t-shirts et autres produits dérivés. Bienvenue dans l'antre du consumérisme geek à outrance. Ça frôle l'indécence, mais comment y résister. Bien sûr, les stands des marchands ne sont pas la seule attraction. L'exhibition est le maître mot des lieux. Des reconstitutions de films tels que « S.O.S. Fantômes », « Star Wars » ou de séries TV tels que « Stargate » ou « V » décorent l'immense entrepôt du Parc des Expositions.

 

SAM_0071.JPG

 

Vous êtes plutôt BD/comics ? Pas de problème ! L'artist's Alley aligne quelques grands noms de la fabrique Marvel ou DC Comics: Ivan Reis (Aquaman, Green Lantern, Superman), Tony S. Daniel (Batman), Rafael Albuquerque (American Vampire, Batman) ou encore Jorge Molina (Avengers, Captain America, X-Men). Quelques photos personnelles, comics et planches originales dans la poche et c'est reparti ! A Cela s'ajoute un rêve d'enfant: croiser une conférence avec le bienheureux papa des Tortues Ninja,Kevin Eastman. Pour le plaisir des yeux, n'hésitez pas à aller voir les expositions autour des BD « Le Scorpion », « Thorgal » ou « Murena ». Mais, une troupe d'adolescentes hurlent à la mort ! Que se passe-t-il ? Ah non, oublions, le créateur/producteur et les acteurs de la série « Les Frères Scott » sont présents pour une conférence. Passons notre chemin avant de faire un scandale. Se faire lyncher par une meute de fans hystériques n'est pas au programme du jour. Nous faisons un crochet par un ring de catch avant d'arriver dans le coin des gamers. Outre les testeurs fous, des associations de retro-gaming proposent au public d'essayer nos consoles d'antan. Mais, la nouveauté est aussi à l'ordre puisque les stands Nintendo, Namco Bandai Games ou Blizzard font leur promo. Nous découvrons en exclusivité quelques jeux comme « Dead or alive 5 », « Resident Evil 6 », « Tekken Tag Tournament 2» qui font déjà des yeux envieux.

 

SAM_0077.JPG

Sans oublier le tournoi "Starcraft II World Championship" où 16 des meilleurs joueurs français se sont combattus pour une place

au tournoi européen. La gente féminine était representé par un pourcentage d'une joueuse pour dix joueurs (ce qui est déjà un miracle)

 

Après en avoir plein les mirettes et plein les pieds, l'équipe part vers le gros évenement de la journée: la masterclass d'Alexandre Astier, l'illustre papa de « Kaamelott ».

 

La Master-class d'Alexandre Astier:

 

L'attente est rude. Nous n'hésitons pas à pousser la populace pour atteindre des places près de la scène du seigneur Arthur. Mais, le résultat vaut le coup. L'arrivée de l'invité royal est accueillie par les cris et les applaudissements de son public. Malgré le fait qu'il est accueilli tel un dieu libérateur, l'individu reste incroyablement modeste et humble. En passant par des anecdotes amusantes, le créateur de Kaamelott fait découvrir à ses fans les différentes étapes de son travail, à travers les nombreux postes qu’il occupe : acteur, scénariste, réalisateur, compositeur. Le deuxième intérêt (et le plus gros) de la master-class était la révélation de son fameux projet: « Kaamelott Résistance ». Le Kamikaze de l'écran a décidé d'être sympa avec vous. Nous vous dévoilons TOUT.

 

KaamelottResistanceLogoPt.jpg

 

« Kaamelott Résistance » sera de manière sûre un recueil de nouvelles. Il est prévu que le recueil soit complété de dessins et de passages enregistrés par les acteurs. Par la suite, Alexandre Astier et M6 doivent prévoir une adaptation pour la télévision.

Alors, OUI. Kaamelott reviendra certainement à la TV. Avant son projet cinématographique « Kaamelott », Astier souhaitait évoquer les événements qui suivent la fuite du roi Arthur. Mais, le format cinéma lui semblait trop court pour parler de cet événement. Il est donc en discussion pour le lancement d'un nouveau projet TV. En s'appuyant sur des croquis préparatoires, Alexandre Astier dévoile à son public quelques pistes.

(ATTENTION SPOILERS) A la fin de la saison 6, le roi Arthur doit s'exiler à Rome pour échapper au nouveau roi de Logres, Lancelot. Ce dernier va exercer un pouvoir tyrannique sur le royaume. Il n'hésite pas à faire table rase du passé en brulant la table ronde et en pourchassant les chevaliers qui l'occupaient.

Dans « Kaamelott Résistance », Lancelot exerce une dictature où la droiture et l'obeissance sont les règles principales. Les clans autonomes sont démilitarisés et surveillés, les opposants sont arrêtés, un couvre-feu est installé. Chaque personnage va donc devoir choisir son camp: la collaboration, la résistance ou... la glanderie. Cherchant toujours à soudoyer les plus puissants, le roi Loth n'hésite pas à collaborer avec le régime de Lancelot. Plusieurs groupes de résistance pour le renversement du roi tyran vont se créer ou se développer. Ainsi, « les petits pédestres » (Yvain et Gauvain) et « les semi-croustillants » (Perceval, Caradoc et Merlin) restent dévouer à leur ancien suzerain. Perceval et Caradoc décident même de créer un plan « ingénieusement débile » pour attaquer Camelot. Pendant toute la série, ils vont lutter dans la résistance en creusant des galeries souterraines jusqu'au domaine royal afin de l'attaquer par surprise. Leur repaire habituel (la taverne) étant surveillé sans cesse par les soldats blancs de Lancelot, ils décident de se réunir... dans la cour de la taverne.

Bohort décide de devenir un preux chevalier sans peur et sans reproches, tandis que Léodagan et Séli subissent la démilitarisation de leur domaine (la Carmélide). Amoureux de la guerre et de l'autorité, l'ancien beau-père du roi n'aime guère les nouvelles lois de Lancelot et encore moins être enfermé avec sa femme et son père qu'il déteste. Mais, le grand absent de l'opus sera bien évidemment le roi Arthur. Etant exilé à Rome, il n'est pas dans l'intérêt de le voir.

Bref, vous l'avez compris: le prochain opus risque d'être aussi intéressant que les autres. Astier nous promet de l'humour, de l'absurde et du drame. A voir !

Pour des compléments d'information, la master-class est accompagné d'une exposition qui présente les travaux préparatoires et les costumes de « Kaamelott Résistance ». Celle-ci est visible jusqu'au dimanche 8 juillet au Parc des Expositions.

 

 

Lef Dur 

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Actualités
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 20:23
« Non, mais il faut comprendre. Le téléchargement est une menace pour les industries cinématographiques et musicales. Que vont devenir ces pauvres producteurs sans-le-sou ? Que vont devenir leurs beaux projets ? ». BANANE ! Nan, mais il faut arrêter de se foutre de notre tronche. Générer des lois telles que Hadopi, SOPA ou PIPA avec ce prétexte honteux n'est qu'une vaste blague. Le cinéma français et étranger connaissent depuis trois années des records de fréquentations en salles et de rentabilités. Plus de 216 millions de français sont partis s'immerger dans les salles obscures en 2011 (… et ce n'est pas les entrées affichant des prix exorbitants qui les arrêtent. Loin de là...). Ces chiffres surpassent largement ceux de 1970 (184 millions) ou encore de 1980 (176 millions). Conséquence: une hausse nationale dans la production et la distribution.
"Cette année, 66% des Français sont allés au cinéma en moyenne cinq fois, avec une hausse de la fréquentation des jeunes de 15 à 19 ans: 94% y sont allés au moins une fois" indique à l'AFP le président du CNC, Eric Garandeau.
L'effet est identique chez nos amis à la bannière étoilée. Au États-Unis, les indicateurs vont tous dans le même sens : la vente des billets de cinéma a rapporté un peu plus de dix milliards de dollars en 2011, 10 157,5 millions de dollars (7 806,6, millions d'euros) selon le site Box-office Mojo.
 
Pour ce qui est de la musique, entre 1959 et 2010, les ventes de disque ont été multipliées par plus de 5. La fréquentation dans les salles de concerts est stable, voire en augmentation en Europe.
 
Que signifie cette augmentation ? Sans doute que nous avons une génération plus informée sur les produits culturels et ceci grâce... au téléchargement illégal. La possibilité de visionner et d'écouter la multitude, de ne garder que le meilleur et de le savourer dans les lieux culturels. Eh oui ! Le téléchargement peut être aussi un énorme outil promotionnel, mon ami.
La pression qu'exerce les majors pour virer du Net des plate-formes telles que Megaupload et consorts, c'est un peu se tirer une balle dans le pied. Bon... vu la majorité des merdes qu'ils produisent, on va pas les vanter sur leur sens critique. Mais, il est consternant de voir des individus qui s'exaspèrent juste à l'idée de se faire ronger une mince part de leur marché (déjà juteux) par des firmes comme Megaupload. Comprenez-les ! C'est triste de ne jamais gagner de plus en plus au fil des années. On en a jamais assez !
Résultat: cette avidité les pousse à faire du lobbying forcené sur les gouvernements (toujours à la recherche de supports). On supprime les p'tits voleurs et basta ! Nous faisons face à une nouvelle forme de mafia... mais légal !
Pour les internautes, le coup est plus sévère. C'est dur de vivre dans des pays qui vantent un accès libre et égalitaire à la culture, mais qui cherchent à éradiquer du Net des sites qui vont dans cette logique, des sites qui proposent à tous de voir des objets culturels onéreux, accessibles que par une certaine élite.
 
Rassurons-nous, rien n'est perdu et le téléchargement est loin d'être banni. La perte de Megaupload sera compensée par l'arrivée d'autres sites d'hébergement, les sites de référencement reviendront.
En attendant, les majors feraient mieux de s'adapter aux mœurs du jeune public au lieu de s'en faire un ennemi. Sur ce point, je préfère écouter quelqu'un comme Alex De la Iglesia, réalisateur de Balada Triste, Un Crime Farpait,...
 
 
 
Lef Dur
Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens