Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 10:04

truc.jpg

 Gardez en mémoire cette image car c'est la seule image virile que vous verrez

dans ce jeu

 

 

"Chariots of war" est un jeu de stratégie sorti en 2003, édité par Nobilis et développé par Slitherine Software (sans doute des collégiens qui font des jeux dans le garage de leurs grands-mères). Vous n'avez qu'à aller sur leur site et constater que la majorité des jeux qu'ils conçoivent ressemble plus à des jeux flashs. La seule différence est qu'ils les revendent 40 euros sur le marché (alors que leurs concurrents se contentent de les refourguer gratos sur le Net).

 

L'histoire est censée se passer au XIVeme siècle av J.C, lors de grands bouleversements dans l'équilibre politique de la Mésopotamie et...et... oh et pis merde tout le monde s'en fout de ça !!!

 

Le gameplay est divisé en deux parties:

La première: la gestion de vos villes et de votre population. Une bonne gestion des ressources (notamment via un commerce équilibré) vous permettra d'accéder à différents types de bâtiments destinés soit à augmenter votre population soit à upgrader vos armées etc, etc.



truc-1.jpg

  Même si l'interface est correcte (simpliste ?), la carte est très laide

 

  Après... attention ! ça commence à se gâter avec la seconde partie vouée au combat et à la conquête. Ne commencez pas à aiguiser vos glaives et vos lances car cela n'en vaut pas la peine. Un premier écran signale les forces en présence, leurs points forts, leurs points faibles, leur équipement et leur nombre et bien sûr les infos sur le terrain du combat. On commence par placer les différentes unités puis on leur donne des ordres de formations et de mouvements tels que déborder, charger ou attendre. Hop, on appuie sur OK et c'est parti. Il ne vous reste plus qu'à regarder une myriade de petits lutins (oui, ça ressemble vraiment à ça) se mettre joyeusement sur la gueule. Tu n'as plus qu'à compter les morts. Vous ne pouvez plus rien faire. Pour résumer, la majorité de tes actions lors des batailles sont contrôlées par l'I.A. et certaines options utiles, comme la retraite, n'existent pas.

 

Cas de figure casse-couille: tu balades une poignée de paysans sur ta carte. Là, l'armée adverse part à leur rencontre. Bon, tu connais l'issue de la bataille. Ça m'étonnerait qu'une armée de bouseux arrive à faire reculer des troupes gigantesques avec leurs fourches. A la différence de son concurrent Total War, tu n'as pas de résolution automatique de la bataille. Tu es donc obligé de voir la retransmission de cette bataille perdue d'avance (grosse perte de temps). Tu n'as qu'à donner les ordres du début et l'I.A. fait le reste. Observe pendant un bon quart d'heure ton armée de pauvres campagnards se faire laminée par tes adversaires. Tu ne peux que les regarder souffrir car l'option de retraite n'existe pas. Tu ne peux même pas leur donner quelques ordres durant le combat pour mourir avec honneur. Non ! Les concepteurs sadiques de Slitherine Software ont préférés que tu admires dans des longues batailles mal faites (et automatiques) ta population civile se faire massacrer.

 

 

Vous l'aurez compris en gros on a le même gameplay que les jeux Total War mais avec de nombreux bugs et diverses imperfections (carte dégueulasse, mauvaise gestion des batailles, gestion des villes simpliste).



truc-2.jpg

 

 

 

 

L'avis de Lef Dur: « Tu n'as pas le droit de critiquer Chariots of war. Les concepteurs de ce jeu sont ceux qui ont fait Legion. Bon, j'ai jamais joué à ce jeu, mais il doit être mortel puisqu'il figure sur la jaquette du jeu.... puis... euh.... ta critique est nazi ! »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Multimédia
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens